Parcours astronomique

 

 

J’ai commencé à m’intéresser à l’astronomie à l’age de 12 ans grâce au magazine tout l’univers et j’ai construit mon premier télescope de 150mm en suivant les indications données dans ce journal. Le miroir m’a posé pas mal de problèmes aussi en désespoir de cause j’ai dépensé toutes mes économies pour acheter un 115/900 de la marque Admiral. Le miroir était très mauvais (résolution 4’’d’arc !) ce qui m’a vacciné en ce qui concerne l’achat d’optiques industrielles. Je me suis alors inscrit à la SAF et j’ai pu acquérir un des derniers exemplaires disponibles de la construction du télescope d’amateur de Texereau [3]. Cela a été une révélation, j’ai terminé le 150mm (taillé dans de la glace de 10mm épaisseur, maximum qu’avait pu me fournir le vitrier) avec lequel j’ai obtenu de très bonnes images de Jupiter et de la lune. Le virus était lancé j’ai réalisé un équatorial à berceau de 200mm qui m’a valu le prix Marcel Moye de la SAF en 1972. Tout cela pour dire que depuis toujours pour moi Astronomie rime avec construction d’instruments, vous trouverez dans ce site je l’espère l’envie de réaliser votre matériel. Dans notre civilisation actuelle où la consommation est reine cette démarche devient de plus en plus rare, c’est très dommage car c’est une source d’intenses satisfactions et d’enrichissement personnel.

 

            Après le 200mm (F= ) un 300mm (F=  ) a vu le jour en 1973. Ce télescope a été installé à poste fixe dans un observatoire à Sillans dans l’Isère en 1975. Un Schmidt (210/310/718) est venu compléter la panoplie en 1980 inspiré par les magnifiques réalisations de R. Lartigau [11]

En 1983 le 300mm a été remplacé par un 500mm à F5 ce dernier instrument a clos ma course au diamètre pendant prés de 20ans. Ensuite j’ai remonté le 300mm chez moi à Champagnier pour le remplacer finalement par un 500mm. Vous trouverez une page avec pratiquement tous les télescopes réalisés ici.

            A part l’optique, la photographie fait partie intégrante du hobby depuis le début. La technique a profondément évolué depuis mon tout premier cliché de M51 en 1972. Pendant de nombreuses années les clichés étaient faits sur des plans films 6*9 en triX , grain, défaut de réciprocité important, il fallait poser des heures pour n’avoir que trois fois rien sur la gélatine. La première révolution a été l’arrivée dans le milieu amateur des films spectroscopiques 103aF, 103aO… Il y avait toujours du grain mais c’était le jour et la nuit au niveau sensibilité. La seconde révolution  à été l’arrivée du 2415 hyper sensibilisé au début des années 80.

            Mes derniers clichés argentiques datent de 1990 après cette date je me suis lancé dans la réalisation de caméra CCD en suivant les indications de C. Buil [12] ma première caméra à base de TH7882 a vu le jour en 1992 et a été au cœur d’une mission au T60 pour observer la planète Mars en 1993. Aujourd’hui j’utilise toujours les caméras réalisées avec un ami électronicien dans le milieu des années 90. Une que j’utilise en planétaire est basée sur un CCD kodak Kaf402ME et l’autre que j’utilise en ciel profond est basée sur un Kaf1600 que j’aimerai up grader un jour avec une Kaf1603.

Mon sujet d’observation favori a toujours été l’observation planétaire par contre mes sites d’observation n’ont jamais été favorables (très forte turbulence) ce qui ne m’a jamais permis de faire des images argentiques correctes des planètes. Le CCD a été une révolution fantastique et si mes images sont loin de valoir celles des meilleurs elles sont utilisables. Les galaxies et amas de galaxie constituent mon deuxième sujet d’observation favori car étant un observateur visuel j’ai toujours trouvé très gratifiantes les images de galaxies qui ne se révèlent qu’après une pose plus ou moins longue. Aujourd’hui on atteint des records en ce domaine mais étant paresseux et considérant qu’un système entièrement automatique ce n’est plus de l’observation (on verra à la retraite) je n’ai pas encore joué à ce jeu.

Assez parlé de moi et bonne exploration. 

 

HOME